Aller au contenu

Bullet journal : évitez ces 4 erreurs

Le bullet journal séduit de plus en plus, mais êtes-vous certain/e de vous en servir correctement ? Solution d’organisation pour les têtes en l’air, les entrepreneurs et les procrastinateurs, les carnets à puces garnissent les rayons de papeteries. Parfois pré-remplis, fournis avec des autocollants, ces agendas nouvelle génération ont trouvé leur public. Mais ils ont également leurs faiblesses et beaucoup d’utilisateurs finissent par les oublier sur un coin de bureau. Et cela parce que les erreurs suivantes ont probablement été commises.

Choisir le mauvais carnet

Trop cher, trop beau, trop gros pour commencer : avant de dépenser 20 € sans les frais de port dans LE carnet hyper tendance chez les instagrameuses, il serait peut-être judicieux d’explorer la chose. Êtes-vous sûr/e que cette méthode-là va vous convenir plus qu’un simple agenda ? Savez-vous vraiment ce que vous allez y inscrire et les pages qui vous seront bénéfiques ? Mieux vaut débuter l’aventure bullet journal avec un carnet tout simple pour tester et juger de l’opportunité de continuer plus tard.

Penser que bullet journal veut dire pages à points

À consulter les blogs spécialisés et sites de vente, on a l’impression que “bullet” veut dire carnet avec des pages à points. Eh bien c’est faux. Le principe de base sous entendu par le mot “bullet”, c’est que le journal s’organise avec des listes à puces. Des “to do” listes quotidiennes que l’on coche au fur et à mesure de l’exécution de la tâche. Vous pouvez vérifier sur le site de Ryder Carroll, l’inventeur du bullet journal  : vous avez le droit d’utiliser le modèle de page qui vous convient ! Alors ne boudez pas les pages blanches, quadrillées ou lignées si vous les préférez aux petits points.

Confondre bullet journal et scrapbooking

Vous voyez défiler de magnifiques notebook, divinement illustrées sur vos réseaux sociaux. Et, bien sûr, cela vous séduit. Vous avez soudainement besoin de rajouter des couleurs et des petites fleurs. Alors vous vous rendez dans les boutiques ou on trouve à foison des stickers, des pochoirs et des masking tape de toutes sortes pour agrémenter votre carnet. Vous voulez le décorer à fond ? Libre à vous ! Mais n’oubliez pas qu’en faisant cela vous perdez la raison d’être de base du bujo : gagnez en temps et en organisation. Vous finissez par passer plus d’heures à décorer votre journal qu’à faire ce qui est inscrit dessus.

Culpabiliser, un contresens avec un bullet journal 

Le journal à puces est à double tranchant. Son côté pratique camoufle son côté addictif, qui peut vous entraîner dans le tourbillon du mythe du “quand on veut on peut”. Et vous négligez ainsi votre besoin de repos. N’oubliez pas d’être indulgent envers vous-même.

Acceptez de laisser tomber le bullet carnet

Le Bujo, on peut s’y mettre, s’arrêter, s’y remettre…Et cette fluctuation ne doit pas vous poser de problème de conscience. Il y a des périodes ou on n’en a pas besoin. Ne vous sentez jamais obligé/e de remplir les pages. Acceptez de lâcher du lest et d’avoir des espaces blancs. C’est votre journal à vous ! Personne n’a à venir l’inspecter et noter le fait que vous n’avez pas préparé votre “monthly log”.

Vous pardonner de ne pas finir votre to do list

Êtes-vous une machine ? Non. Vous êtes un être humain avec des émotions et des variabilités dans son énergie. Votre journal est-il une baguette magique qui va transformer votre vie en compte de fée ? Non. C’est une béquille qui vient appuyer votre quotidien. Mesurez votre réussite au nombre de cases que vous avez cochées ne vous apportera rien. 

Évitez les erreurs avec votre bujo, en bref 

Ce qu’il faut retenir de tous ces points, c’est que le bullet journal ne doit pas être une source de frustration pour vous. Il n’a pas à être parfait. Les personnes qui abandonnent ce type d’organisation ont souvent des traits perfectionnistes. Cela les amène à penser que si leur bujo n’est pas mieux que les autres, il ne sert à rien. Alors gardez en tête que c’est votre méthode à vous. Il n’y a aucune compétition. Même si vous prenez des idées sur les réseaux sociaux, inutile de vous rajouter une pression sur un outil qui est censé vous en enlever.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.